Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyager seule en Inde - Voyage Inde - Kérala Inde du Sud - Cap Comorin - Train à Bombay - Car Inde - Seule à Bombay - Goa - Les Backwaters du Kérala

ART. N° 12. Bientôt le départ pour Goa

Au petit matin je me lève avec le lever du soleil, prends mon petit déjeuner au resto d'en face, et comme d'habitude, je me rends à l'agence touristique de Swami. Assises devant son bureau, deux jeunes et jolies anglaises, style hippies avec mini-shorts, bracelets indiens et gris-gris attendent les services de Swami. Il passe sans relâche des appels téléphoniques pour leur dénicher des hôtels et des transports. L'une d'elles étudie ses ongles, l'autre se mord la lèvre inférieure. La chaleur dans le petit bureau est insoutenable, mon embonpoint ne m'arrange point.. Des gouttes de sueur coulent le long de mes joues, jusqu'à la nuque, où mes cheveux sont entrelacés dans une natte blonde, j'attends, assise à côté de Bishal.

Swami prépare enfin les enveloppes où sont glissés tickets de transport, et prépaiements d'hôtels, soulagées, les jeunes voyageuses repartent , les yeux rieurs sur leurs jolies frimousses. Les lèvres pulpeuses de Swami s'étirent en un léger sourire, satisfait d'avoir bien négocié cette petite affaire. Son épouse a cuisiné aujourd'hui double ration de chappattis avec une sauce et des légumes savoureux, toujours aussi épicés !

Après maintes palabres, nous finissons par tomber d'accord. Pour entamer mon périple, Goa me semble la meilleure destination. Dans la fournaise de la saison sèche, se rafraîchir en bord de mer sera l'idéal, j'imagine déjà me baigner dans l'océan indien et l'allégresse.

Swami me dépeint Goa, une multitude de centres Ayurvédiques accueille du simple touriste aux plus professionnels masseurs et yogis. De nombreux hôtels bordent la côte à tous les prix, et beaucoup d'expatriés Anglais, Français sont intégrés là-bas depuis des générations.

Le départ en autocar est organisé pour la semaine prochaine. C'est le cœur gros que je vais quitter Bombay, l'intégration dans le quartier de Colaba s'est révélée riche de rencontres chaleureuses au milieu de la population locale, malgré les différences culturelles. Dans mon boui-boui d'en face de l'hôtel, les Indiens quadragénaires rencontrés chaque jour et les garçons sont ravis de me voir, affichant des sourires amicaux dès le petit déjeuner.

Mes affaires sont réglées pour mon départ, et chaque jour, j'ai la joie de partager des moments inoubliables avec Swami. Dans son bureau, de temps à autre, un vieil homme passe. Le teint rubicond, les yeux injectés de sang, la peau sur les os, le cou décharné, le front proéminent. Sa carcasse émaciée se déplace avec lenteur tandis que Swami remplit sa gamelle en ferraille de quelques nourritures. A la hauteur de ses moyens, chacun aide son prochain.

Chaque soir, je joue de la guitare sur l'esplanade entourée d'auditeurs convertis à la musique classique, un agréable rituel qui risque de me manquer.

La veille de partir, Swami me convie à venir manger et dormir chez lui de l'autre côté de Bombay. Sans cesse il répète "little home". Quelle importance ! J'ai hâte de rencontrer son épouse, et je ne le remercierai jamais assez de me faire partager sa vie intime.

En fin d'après-midi, Bishal vient me chercher pour porter mes bagages dans le bureau de Swami. Je désir prendre ma guitare pour jouer chez lui mais il refuse catégoriquement, je ne comprends pas pourquoi ? Il ferme son bureau en donnant une petite liasse de roupies au vieil homme au teint rubicond quémandant subsistance. Il fera office de surveillant du bureau pendant notre absence. Nous quittons les ruelles en direction de la gare Victoria.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article